Mise en avant

Enquête sur l’« espace graphique de l’élection » (1)

Depuis mi-janvier, je mène une enquête de terrain dans la ville de Clichy-la-Garenne, commune des Hauts-de-Seine située au nord ouest de la petite couronne parisienne. A partir d’une exploration photographique, je tente d’observer la façon dont l’élection (présidentielle/législatives) se traduit par un ensemble de manifestations visuelles dans l’espace public.
En étudiant cet « espace graphique de l’élection » dans la ville, il s’agit d’appréhender :
les usages militants/partisans de l’espace via les activités réalisées (tractages, collages, etc.), les types d’images diffusées (affiches, autocollants, tracts), les lieux privilégiés sur le territoire et la façon dont ce dernier devient alors un vrai enjeu de luttes visuelles ;
la « réception » de ces manifestations visuelles par les habitants (sens attribués aux images, réappropriation potentielle par la production de contre-images ou de « contre-écritures », etc.) ;
la gestion institutionnelle de cet espace graphique de l’élection par la municipalité (contrôle des pratiques informelles, etc.) ;
– et, plus globalement, comment le fait électoral (les candidats, le vote, etc.) se donne à voir comme le moyen d’expression politique dominant car le plus légitime.
Sans aller jusqu’à publier ici un véritable journal de terrain, je vais essayer de rendre compte régulièrement de cette enquête en train de se faire à partir de quelques-unes de mes observations et prises de notes visuelles.

Si je publie ce billet plus de 2 mois après le début de l’enquête, c’est parce que j’ai longtemps été à la recherche de signes avant-coureurs de l’élection dans la ville.
Au cours de mes observations photographiques régulières (au moins 1h de marche, 3/4 fois par semaine puis quasi tous les jours depuis 1 mois), j’ai d’abord été très surpris de ne voir aucune trace de la Présidentielle à venir. Je sais que le chercheur se doit toujours de combattre la tendance à surestimer l’importance de son objet de recherche. Toutefois, je ne pensais pas le surévaluer à ce point !

De fait, on sait que l’élection présidentielle est la plus mobilisatrice de toutes, celle qui suscite le plus d’intérêt(s) et de micro-pressions sociales (le fameux « effet d’entraînement ») promptes à nous faire voter ou non selon les territoires, les classes sociales, les configurations, etc. Or, alors même qu’on ne cesse de constater à quel point le champ politique est – en quelque sorte – en « campagne permanente », force est de constater que les manifestations visuelles du scrutin (sauf les tractages) à venir étaient inexistantes avant fin février.

Comment expliquer cela ? Spontanément, plusieurs questions se posent et feront office de « fils » à tirer et à investir ces prochaines semaines. Par exemple :

  • Ai-je surtout été coupable d’avoir surévalué mon objet ?
  • Cette campagne est bel et bien « particulière » et différente des précédentes, du fait par exemple d’un contexte sanitaire qui a modifié – par les restrictions qu’il sous-tend – l’espace public et ses usages ?
  • La campagne électorale et les micros-actions de mobilisation menées par les partis/candidats se font désormais autrement et ailleurs, notamment sur internet ?
  • Dans quelle mesure l’absence de traces électorales peut s’expliquer par les caractéristiques territoriales, sociales et politiques de la ville de Clichy-la-Garenne ?

Pour autant, avant que l’élection n’arrive véritablement en ville, l’espace public n’était pas complètement « neutralisé » ou aseptisé. Des traces du politique étaient observables et se faisaient les témoins visuels de luttes actuelles et passées, plus ou moins éloignées des considérations électorales :

1- On trouve d’abord de nombreux éléments graphiques à relier aux mouvements anti-passe ⬇️

2- Dans certains quartiers, on aperçoit des marques qui, par exemple, semblent en dire long sur le rapport à la police ⬇️

3- En proie au développement urbain et à la « bétonisation » du territoire, des habitants affichent leur désaccord avec de potentiels nouveaux projets de construction ⬇️

4-Partout dans la ville, on découvre de multiples tags et autocollants « Stop Amazon » (dont le siège est à Clichy depuis 2017 et qui a été l’objet de beaucoup de contestations), accompagnés parfois de visuels confectionnés par ATTAC ⬇️

5- D’autres traces de revendications sont présentes via des visuels de la Fédération anarchiste, d’autres en faveur de la libération du militant communiste libanais George Abdallah ou du militant « Libre Flot » arrêté le 8 décembre 2021 ⬇️

Ces dernières traces sont surtout visibles en périphérie sud de Clichy (Porte de Clichy), près du Tribunal de Paris où l’on trouve aussi des vestiges de la manifestation contre les violences policières en juin 2020 ⬇️

ADAMA

Ces premières semaines d’observations m’ont permis d’apprendre à regarder : ces traces du politique ne se donnant pas à voir facilement. Très majoritairement, on les déniche sur les poteaux, les gouttières, les arrêts de bus, les horodateurs, les feux de circulation ou les poubelles. L’espace public n’offre que peu d’espaces d’expression légaux et formalisés : rare sont les panneaux d’affichages libres (j’en ai compté quatre seulement dans toute la ville). La Mairie dispose surtout de panneaux d’affichages sous verre qui empêchent toute réappropriation potentielle. Et, plusieurs endroits rappellent formellement la « défense d’afficher » prévalant sur la grande majorité des murs (chapitre 3 de la loi du 29 juillet 1881) ⬇️

Finalement, ce n’est que le 25 février que je découvre les premières traductions visuelles de l’élection à venir, par le biais d’affichages institutionnels prônant l’inscription sur les listes électorales ⬇️

Progressivement, je tombe nez à nez avec des affiches à caractère électoral. Les toutes premières sont celles en faveur d’Eric Zemmour et de Nathalie Arthaud. Plus tard, je me rendrai compte que l’arrivée d’affiches en nombre dans la ville se fait par vagues successives, au gré notamment des meetings qui s’annoncent. Par exemple, la « Marche pour la VIe République » organisée le 20 mars à Paris par la France insoumise coïncida avec la découverte de nombreux éléments graphiques (affiches de toutes tailles, autocollants, etc.).

Néanmoins, contrairement aux traces du « politique non électoral » éparpillées un peu partout sur le territoire de Clichy, les traces de l’élection se concentrent à quelques-endroits « clés ».

1- Aux abords du périphérique, sous le pont et près des feux de circulation. Autrement dit, là où – grâce aux embouteillages – les conducteurs et passagers peuvent consacrer quelques instants à l’observation d’affiches (du moins c’est ce qui est présumé ?) ⬇️

2- Sur la place du marché, devant la Mairie (photos de gauche) : là où se font d’ailleurs la plupart des tractages le mercredi/samedi/dimanche matin. Et, sur les fameux panneaux d’« affichage libre » (photos de droite) ⬇️

3- A la sortie des stations de métro (Porte de Clichy ou Mairie de Clichy), certains profitant des barrières de chantiers (nombreux) pour y mettre des affiches ⬇️

L’observation photographique systématisée me permettra d’ailleurs, à terme, de réaliser une cartographie de cet « espace graphique de l’élection » à Clichy (un aperçu sera inséré dans le prochain billet !).

Les grandes « artères » de la ville (boulevard Jean Jaurès ou Victor Hugo, par exemple) ne semblent ainsi pas pleinement investies par les équipes de candidats. Les traces de l’élection y sont marginales. Dans une certaine mesure, elles sont même marginalisées lorsqu’on constate là où elles parviennent à se loger :

1-Un tract du Parti animaliste est scotché de façon hasardeuse entre deux barreaux d’une fenêtre ⬇️

2- Un tract en faveur de JL Mélenchon inséré derrière le panneau d’un arrêt de bus ⬇️

3- Une petite affiche d’Eric Zemmour collée dans un abri public pour garer les vélos ⬇️

Enfin, l’intérêt est aussi (voire surtout !) d’analyser la manière dans les affiches (et tous les autres éléments) « vivent » : elles sont apposées, arrachées, griffonnées, annotées, détournées. L’« espace graphique de l’élection » est un espace de luttes, en particulier pour la (bonne) visibilité ⬇️

Un des objectifs de l’enquête est d’appréhender alors le niveau d’intensité de ces luttes. Grâce à l’observation systématisée (mêmes endroits, une fois voire plusieurs fois par jour depuis 10 jours), on peut s’apercevoir comment l’espace public évolue.

Exemple ici d’une affichette Mélenchon à 7 jours d’intervalle ⬇️

Le 16 mars, les panneaux destinés aux affiches des 12 candidats ont été mis en place. La campagne officielle allait commencer et je pensais enfin que tout s’accélérerait ⬇️

Pourtant, cela ne fut pas aussi simple et évident que je l’escomptais… Cela sera l’objet de mon 2e billet, d’ici peu ! J’y aborderai donc notamment l’étude des 25 emplacements destinés aux affiches électorales dans la commune.

Merci de votre lecture et à bientôt,

Jérémie

Mise en avant

Un jour, un bulletin de vote (archivé) 🗳️ – #1

A 2 mois du 1er tour, je me lance dans la publication d’un billet et tweet quotidien dans la lignée de Renaud Epstein sur les cartes postales de ZUP :

Un jour, un bulletin de vote (archivé)🗳️

[ici, issu du 1er tour de la Présidentielle 2012 – Archives départementales de l’Oise ⬇️]

Le but :
👉 mettre en évidence des formes d’expression électorale invisibilisées, voire disqualifiées (surtout lorsque l’enjeu est fort)
👉 montrer l’acte de vote autrement qu’à l’aune de la hiérarchie sociale qui prévaut lorsqu’on parle de comportements politiques.

Il y a de “tout” dans les votes blancs/nuls, à l’instar des votes pour les candidats et des abstentions. C’est ce que nous verrons avec des bulletins issus de scrutins des années 1970, 1990, 2000 et 2010 (présidentielles/municipales/référendums, législatives).

Un jour, un bulletin de vote (archivé)🗳️ – #75

Un jour, un bulletin de vote (archivé)🗳️ – #75

[ici, issu du 2e tour de la Présidentielle 2012 – Archives départementales de l’Oise ⬇️]

Voir l’ensemble des bulletins ici ⬇️

Un jour, un bulletin de vote (archivé)

Le but :
👉 mettre en évidence des formes d’expression électorale invisibilisées, voire disqualifiées (surtout lorsque l’enjeu est fort)
👉 montrer l’acte de vote autrement qu’à l’aune de la hiérarchie sociale qui prévaut lorsqu’on parle de comportements politiques.

Il y a de « tout » dans les votes blancs/nuls, à l’instar des votes pour les candidats et des abstentions. C’est ce que nous verrons avec des bulletins issus de scrutins des années 1970, 1990, 2000 et 2010 (présidentielles/municipales/référendums, législatives).

Un jour, un bulletin de vote (archivé)🗳️ – #74

Un jour, un bulletin de vote (archivé)🗳️ – #74

[ici, issu du 2e tour de la Présidentielle 1995 – Archives départementales de Seine-Saint-Denis ⬇️]

Voir l’ensemble des bulletins ici ⬇️

Un jour, un bulletin de vote (archivé)

Le but :
👉 mettre en évidence des formes d’expression électorale invisibilisées, voire disqualifiées (surtout lorsque l’enjeu est fort)
👉 montrer l’acte de vote autrement qu’à l’aune de la hiérarchie sociale qui prévaut lorsqu’on parle de comportements politiques.

Il y a de « tout » dans les votes blancs/nuls, à l’instar des votes pour les candidats et des abstentions. C’est ce que nous verrons avec des bulletins issus de scrutins des années 1970, 1990, 2000 et 2010 (présidentielles/municipales/référendums, législatives).

Un jour, un bulletin de vote (archivé)🗳️ – #73

Un jour, un bulletin de vote (archivé)🗳️ – #73

[ici, issu du 2e tour de la Présidentielle 1995 – Archives départementales de Seine-Saint-Denis ⬇️]

Voir l’ensemble des bulletins ici ⬇️

Un jour, un bulletin de vote (archivé)

Le but :
👉 mettre en évidence des formes d’expression électorale invisibilisées, voire disqualifiées (surtout lorsque l’enjeu est fort)
👉 montrer l’acte de vote autrement qu’à l’aune de la hiérarchie sociale qui prévaut lorsqu’on parle de comportements politiques.

Il y a de « tout » dans les votes blancs/nuls, à l’instar des votes pour les candidats et des abstentions. C’est ce que nous verrons avec des bulletins issus de scrutins des années 1970, 1990, 2000 et 2010 (présidentielles/municipales/référendums, législatives).

Un jour, un bulletin de vote (archivé)🗳️ – #72

Un jour, un bulletin de vote (archivé)🗳️ – #72

[ici, issu du 2e tour de la Présidentielle 1995 – Archives départementales de Seine-Saint-Denis ⬇️]

Voir l’ensemble des bulletins ici ⬇️

Un jour, un bulletin de vote (archivé)

Le but :
👉 mettre en évidence des formes d’expression électorale invisibilisées, voire disqualifiées (surtout lorsque l’enjeu est fort)
👉 montrer l’acte de vote autrement qu’à l’aune de la hiérarchie sociale qui prévaut lorsqu’on parle de comportements politiques.

Il y a de « tout » dans les votes blancs/nuls, à l’instar des votes pour les candidats et des abstentions. C’est ce que nous verrons avec des bulletins issus de scrutins des années 1970, 1990, 2000 et 2010 (présidentielles/municipales/référendums, législatives).

Un jour, un bulletin de vote (archivé)🗳️ – #71

Un jour, un bulletin de vote (archivé)🗳️ – #71

[ici, issu du 2e tour de la Présidentielle 2007 – Archives départementales de l’Oise ⬇️]

Voir l’ensemble des bulletins ici ⬇️

Un jour, un bulletin de vote (archivé)

Le but :
👉 mettre en évidence des formes d’expression électorale invisibilisées, voire disqualifiées (surtout lorsque l’enjeu est fort)
👉 montrer l’acte de vote autrement qu’à l’aune de la hiérarchie sociale qui prévaut lorsqu’on parle de comportements politiques.

Il y a de « tout » dans les votes blancs/nuls, à l’instar des votes pour les candidats et des abstentions. C’est ce que nous verrons avec des bulletins issus de scrutins des années 1970, 1990, 2000 et 2010 (présidentielles/municipales/référendums, législatives).

Un jour, un bulletin de vote (archivé)🗳️ – #70

Un jour, un bulletin de vote (archivé)🗳️ – #70

[ici, issu du 2e tour de la Présidentielle 2007 – Archives départementales de l’Oise ⬇️]

Voir l’ensemble des bulletins ici ⬇️

Un jour, un bulletin de vote (archivé)

Le but :
👉 mettre en évidence des formes d’expression électorale invisibilisées, voire disqualifiées (surtout lorsque l’enjeu est fort)
👉 montrer l’acte de vote autrement qu’à l’aune de la hiérarchie sociale qui prévaut lorsqu’on parle de comportements politiques.

Il y a de « tout » dans les votes blancs/nuls, à l’instar des votes pour les candidats et des abstentions. C’est ce que nous verrons avec des bulletins issus de scrutins des années 1970, 1990, 2000 et 2010 (présidentielles/municipales/référendums, législatives).

Un jour, un bulletin de vote (archivé)🗳️ – #69

Un jour, un bulletin de vote (archivé)🗳️ – #69

[ici, issu du 2e tour de la Présidentielle 1995 – Archives départementales de Seine-Saint-Denis ⬇️]

Voir l’ensemble des bulletins ici ⬇️

Un jour, un bulletin de vote (archivé)

Le but :
👉 mettre en évidence des formes d’expression électorale invisibilisées, voire disqualifiées (surtout lorsque l’enjeu est fort)
👉 montrer l’acte de vote autrement qu’à l’aune de la hiérarchie sociale qui prévaut lorsqu’on parle de comportements politiques.

Il y a de « tout » dans les votes blancs/nuls, à l’instar des votes pour les candidats et des abstentions. C’est ce que nous verrons avec des bulletins issus de scrutins des années 1970, 1990, 2000 et 2010 (présidentielles/municipales/référendums, législatives).

Un jour, un bulletin de vote (archivé)🗳️ – #68

Un jour, un bulletin de vote (archivé)🗳️ – #68

[ici, issu du 2e tour de la Présidentielle 2012 – Archives départementales de l’Oise ⬇️]

Voir l’ensemble des bulletins ici ⬇️

Un jour, un bulletin de vote (archivé)

Le but :
👉 mettre en évidence des formes d’expression électorale invisibilisées, voire disqualifiées (surtout lorsque l’enjeu est fort)
👉 montrer l’acte de vote autrement qu’à l’aune de la hiérarchie sociale qui prévaut lorsqu’on parle de comportements politiques.

Il y a de « tout » dans les votes blancs/nuls, à l’instar des votes pour les candidats et des abstentions. C’est ce que nous verrons avec des bulletins issus de scrutins des années 1970, 1990, 2000 et 2010 (présidentielles/municipales/référendums, législatives).

Un jour, un bulletin de vote (archivé)🗳️ – #67

Un jour, un bulletin de vote (archivé)🗳️ – #67

[ici, issu du 2e tour de la Présidentielle 2012 – Archives départementales de l’Oise ⬇️]

Voir l’ensemble des bulletins ici ⬇️

Un jour, un bulletin de vote (archivé)

Le but :
👉 mettre en évidence des formes d’expression électorale invisibilisées, voire disqualifiées (surtout lorsque l’enjeu est fort)
👉 montrer l’acte de vote autrement qu’à l’aune de la hiérarchie sociale qui prévaut lorsqu’on parle de comportements politiques.

Il y a de « tout » dans les votes blancs/nuls, à l’instar des votes pour les candidats et des abstentions. C’est ce que nous verrons avec des bulletins issus de scrutins des années 1970, 1990, 2000 et 2010 (présidentielles/municipales/référendums, législatives).

Un jour, un bulletin de vote (archivé)🗳️ – #66

Un jour, un bulletin de vote (archivé)🗳️ – #66

[ici, issu du 2e tour de la Présidentielle 1995 – Archives départementales de Seine-Saint-Denis ⬇️]

Voir l’ensemble des bulletins ici ⬇️

Un jour, un bulletin de vote (archivé)

Le but :
👉 mettre en évidence des formes d’expression électorale invisibilisées, voire disqualifiées (surtout lorsque l’enjeu est fort)
👉 montrer l’acte de vote autrement qu’à l’aune de la hiérarchie sociale qui prévaut lorsqu’on parle de comportements politiques.

Il y a de « tout » dans les votes blancs/nuls, à l’instar des votes pour les candidats et des abstentions. C’est ce que nous verrons avec des bulletins issus de scrutins des années 1970, 1990, 2000 et 2010 (présidentielles/municipales/référendums, législatives).