Enquête sur l’« espace graphique de l’élection » (2)

Depuis mi-janvier, je mène une enquête de terrain dans la ville de Clichy-la-Garenne, commune des Hauts-de-Seine située au nord ouest de la petite couronne parisienne. A partir d’une exploration photographique, je tente d’observer la façon dont l’élection (présidentielle/législatives) se traduit par un ensemble de manifestations visuelles dans l’espace public.
En étudiant cet « espace graphique de l’élection » dans la ville, il s’agit d’appréhender :
les usages militants/partisans de l’espace via les activités réalisées (tractages, collages, etc.), les types d’images diffusées (affiches, autocollants, tracts), les lieux privilégiés sur le territoire et la façon dont ce dernier devient alors un vrai enjeu de luttes visuelles ;
la « réception » de ces manifestations visuelles par les habitants (sens attribués aux images, réappropriation potentielle par la production de contre-images ou de « contre-écritures », etc.) ;
la gestion institutionnelle de cet espace graphique de l’élection par la municipalité (contrôle des pratiques informelles, etc.) ;
– et, plus globalement, comment le fait électoral (les candidats, le vote, etc.) se donne à voir comme le moyen d’expression politique dominant car le plus légitime.
Sans aller jusqu’à publier ici un véritable journal de terrain, je vais essayer de rendre compte régulièrement de cette enquête en train de se faire à partir de quelques-unes de mes observations et prises de notes visuelles.

A l’occasion de mon premier billet sur l’ « espace graphique de l’élection », j’ai commencé à montrer comment la ville est l’objet de véritables luttes politiques pour la (bonne) visibilité.

Peu présentes de janvier à mi-mars, les traces de l’élection présidentielle à venir étaient plus nombreuses à mesure que le 1er tour approchait. Le 16 mars, les agents municipaux  ont installé les panneaux dédiés aux affiches officielles des 12 candidats en lice ⬇️

En une journée, les agents ont aménagé les 25 emplacements présents à Clichy et tous situés à proximité des 33 bureaux de vote (voir carte ci-dessous), comme l’oblige une circulaire électorale de 2020. Lorsque deux bureaux se trouvaient dans le même établissement scolaire, un seul site dédié aux panneaux était installé.

A partir de ce moment-là, l’objectif était le suivant : prendre en photo chacune des 12 affiches présentes sur chaque site et le faire deux fois par jour (environ 10 km de pérégrinations !) afin d’observer les potentielles modifications, réappropriations et détournements.

Pourtant, il a fallu attendre le 29 mars pour voir une affiche y être collée, soit 13 jours seulement avant le scrutin… En plus, il s’agissait d’une affiche mise uniquement au verso des panneaux et donc destinée davantage aux automobilistes qu’aux passants. Ce jour-là, j’ai pu apercevoir ce procédé sur 4 sites parmi les 25, les autres demeurant encore totalement vides.

Ce n’est finalement qu’à partir du 31 mars que la grande majorité des panneaux de la ville ont été recouverts des affiches officielles (certains, comme ailleurs, sont restés vides plus longtemps). Tout s’est alors accéléré.

A 8h30, constatant des premières marques sur les affiches de Le Pen et Zemmour (des déchirures, voir plus loin), je me suis décidé à entreprendre une première « ronde » et à parcourir l’ensemble des 25 emplacements.

Vers 12h30, tandis que j’observais les panneaux situés face à mon balcon et à une quinzaine de mètres de mon immeuble (le « hasard » de l’enquête), je suis tombé sur des collégiens faisant des selfies devant certaines affiches. Plus tard, je compris que des moustaches imitant Hitler avaient été ajoutées au visage de Zemmour. Disposant de l’énergie emmagasinée pendant les semaines d’attente (!), j’entrepris alors ce premier jour de passer 3 fois (et non 2, comme prévu et comme je le fis par la suite) devant chaque panneau : aux environs de 8h30, 13h30 et 17h30.

Les images converties en format GIF, ci-après, témoignent ainsi des évolutions ciblant les affiches de Zemmour, Macron, Mélenchon et Le Pen à plusieurs moments de la journée, sur un seul et même emplacement :

Evolution de l’Affiche Zemmour – Jour 1 / Bureaux 17-18

Evolution de l’Affiche Macron – Jour 1 / Bureaux 17-18

Evolution de l’Affiche Mélenchon- Jour 1 / Bureaux 17-18

Evolution de l’Affiche Le Pen- Jour 1 / Bureaux 17-18

Si je n’ai pas débuté le travail statistique à réaliser suite à mes prises de photos systématisées, il reste possible de tirer plusieurs constats sur la façon dont les affiches électorales sont l’objet de multiples investissements (« profanes », militants, etc.).

1⃣ Premièrement, à force de répéter les observations, j’ai remarqué qu’il y avait des différences (dans les pratiques et la fréquence) entre les 25 sites. Les panneaux situés près des établissements scolaires (18 emplacements sur 25), en particulier les collèges, étaient très souvent déchirées. Parfois, cela concernait toutes les affiches sans distinction (politique ?) ou « préférence » ⬇️

Près des écoles (maternelle ou primaire), les affiches semblaient surtout déchirées en bas, à hauteur d’enfants. Quand mes prises de photos coïncidaient avec les sorties d’école, le midi ou le soir, je suis d’ailleurs tombé plusieurs fois sur des écoliers en train de « s’occuper » d’une affiche, accompagnés ou non de leurs parents.

« Lui il est méchant » me répondirent deux petites filles en rayant le coin bas d’une affiche de Zemmour. « Il est chauve maintenant » s’exclamèrent, hilares, trois enfants qui sautaient pour déchirer le haut de l’affiche de Macron…

D’autres sites semblaient beaucoup moins touchés, en particulier ceux de la Maison des Associations et du parvis de la mairie (voir ci-dessous) : des espaces plus surveillés et peu à l’abri des regards. D’ailleurs, les agents municipaux m’avaient eux-mêmes prévenus du fait que la Mairie était très attentive à la dégradation des affiches et que « les amendes pleuvraient » (pouvant aller jusqu’à 450 euros).

Parfois, c’était comme si les panneaux électoraux suscitaient même de l’indifférence et que les habitants faisaient mine de ne pas les prendre en compte pour continuer leurs routines. Ils pouvaient alors être considérés comme n’importe quelle barrière sur laquelle :

  • on accroche son vélo ou son scooter ;
  • on s’adosse pour téléphoner ou fumer une cigarette ;
  • on dépose ses poubelles ou des encombrants ⬇️

Sur trois sites, les affiches électorales ont été également en concurrence, à plusieurs reprises, avec de la publicité pour des spectacles, concerts, sorties d’album, etc. ⬇️

2⃣Deuxième série de constats : il y a bien des candidats bien plus « ciblés » que d’autres (Zemmour et Le Pen en tête) et des pratiques récurrentes, impliquant des formes plus ou moins élaborées de réappropriations. En résumé, il y a :

1- Les déchirures

2- Les dessins et autres formes de coloriages

3- Les projections en tout genre (nourriture, crachat, boissons, déjections canines, etc.)

Parfois, les marques étaient minimes et il fallait s’en approcher pour en prendre la mesure. Exemple : ces points sur les lobes d’oreilles de Zemmour, réalisés par le bout d’une cigarette allumée… ⬇️

4- Les annotations

Les annotations négatives (critiques ou injurieuses) étaient très largement majoritaires et ciblaient surtout trois candidats : Macron, Zemmour et Le Pen.

Mélenchon était le seul candidat suscitant des annotations positives : « Tu es le meilleur », « Je t’aime », « The Best », « Bientôt », « We love you » (voir ci-dessous), etc. Des cœurs étaient souvent ajoutés et, à une reprise, on lui a même dessiné une couronne (voir GIF supra).

Au-delà des préférences, les affiches reflétaient aussi l’actualité et l’introduction de certains évènements dans la campagne électorale. Cela fut le cas avec la Guerre en Ukraine ou l’affaire McKinsey (dès la fin du mois de mars) ⬇️

Gloire à la Russie

Le moment venu, il sera essentiel de faire une analyse de contenu, mêlant recontextualisation des termes employés, étude des éléments visuels et lexicologie. Toutefois, si la production d’un répertoire exhaustif des pratiques est digne d’intérêt, il n’en reste pas moins nécessaire d’aller au-delà d’un inventaire à la Prévert.

De fait, à qui attribuer ces modifications/réappropriations/dégradations ? Comment les considérer ? Sont-ils, par exemple, davantage le fait de militants (membres des équipes locales) ou d’habitants non encartés (à l’instar des jeunes collégiens évoqués précédemment ou même d’artistes) ?

De manière générale, j’ai constaté un désintérêt des passants à l’égard des affiches. Mes prises de photos ont suscité de la curiosité voire de l’étonnement, ce qui a parfois conduit certains passants à stopper leur marche pour me questionner et échanger sur le scrutin. Autrement, très peu les regardent et seules de (très très…) rares personnes s’arrêtent.

Ce sont donc surtout des militants que je rencontrais, en particulier lorsqu’ils collaient de nouvelles affiches afin de recouvrir celles qui étaient détériorées. La fréquence de renouvellement des affiches est d’ailleurs une preuve de la présence militante. Certains candidats sont ainsi restés longtemps avec les mêmes affiches (et stigmates) – Yannick Jadot, Valérie Pécresse ou Anne Hidalgo – tandis que d’autres s’offraient souvent un nouveau visage – Eric Zemmour, Marine Le Pen et Emmanuel Macron.

Sans forcément croiser les militants, j’observais aussi des indices de leur passage dans certaines traces présentes sur les affiches. Par exemple, l’arrivée d’une affiche “neuve” ou “vierge” sur un site coïncidait fréquemment avec l’apparition de nouvelles marques. Ci-dessous, le collage d’une nouvelle affiche Mélenchon correspond ainsi avec l’ajout d’annotations inédites sur celles de certains adversaires ⬇️

De plus, le collage de tracts est un autre exemple de réappropriation militante des panneaux/affiches, à l’instar de ce qu’a réalisé #NousToutes à Paris. A Clichy, j’ai pu l’observer sur quatre sites dans lesquels le Parti animaliste revenait régulièrement ⬇️

Avant d’évoquer les approfondissements de cette enquête (entretiens avec des militants/habitants ; analyse cartographique/statistique des photographies ; mise en corrélation avec les résultats électoraux), je reviendrai bientôt dans un troisième billet sur les traces de l’élection dans l’espace public (panneaux officiels et autres lieux) pendant l’entre-deux tours.

Merci de votre lecture et à bientôt,

Jérémie



Citer ce billet
Jérémie Moualek (2022, 27 mai). Enquête sur l’« espace graphique de l’élection » (2). Visu'élec. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/v8qm

Jérémie Moualek

Maître de conférences en sociologie Spécialisé dans l'étude des comportements électoraux et les approches visuelles du politique.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search